Sport et élégance. Technique et passion.

L’histoire de Colmar racontée par son Président,

Mario Colombo.

Notre entreprise est née de l’intuition de mes grands-parents paternels Mario et Irma, qui, en 1923, décidèrent de changer leur destin en passant de leur emploi salarié fixe au monde fascinant de l’entreprise personnelle.

C’est ainsi qu’ils fondèrent la Manifattura Mario Colombo, qui s’occupera de chapellerie et de confection de guêtres pour homme, fort à la mode à cette époque et produites principalement par des industries de Monza.

Il y a donc plus de 90 ans qu’est née la Propiaggia du « Chigneu », le surnom de mon grand-père qui, en dialecte de la région de Monza signifie « coin » et indique la pièce de bois que l’on utilisait pour tailler les cônes de feutre, moins compacts, destinés à la confection des guêtres.

Le nom de la marque COLMAR est né sur un paquet de cigarettes, sur lequel mon grand-père avait inscrit quelques propositions de nom pour sa société en les soumettant à ses amis. C’est un acronyme de six lettres à partir de son nom et de son prénom qui fut choisi : COLMAR.

De 1923 à 1936, notre entreprise continua à se développer jusqu’à employer des centaines de personnes. Nous parvînmes à surmonter la crise de 29 et notre clientèle s’accrut surtout au-delà des frontières, conquérant les marchés de Perse et d’Égypte.

L’ambition colonialiste du régime fasciste amena l’Italie à la guerre d’Éthiopie, et eut pour conséquences des sanctions décrétées par la Société Des Nations, sous forme de restrictions de l’exportation et surtout, de la possibilité d’exiger des crédits acquis à l’étranger.

storia_01_def

L’entreprise connut ainsi un important moment de crise. C’est alors que le cousin de mon grand-père Edoardo Sala, directeur de l’entreprise de traitement de coton Cotonificio Fossati Bellani, entra en scène pour l’aider à donner un nouveau départ à l’entreprise, suggérant de transformer la production de chapeaux en fabrication de vêtements de travail à partir d’un coton produit avec succès par le Cotonificio, et appelé Massaua 10.

COLMAR ET LA NEIGE

Ce coton, décati et traité avec des agents chimiques pour le rendre résistant aux lavages et irrétrécissable, s’avéra parfaitement approprié également pour les tenues des premiers pionniers du ski. Les premiers contacts de Colmar avec la neige naissent ainsi presque par hasard au cours des années trente, quand Colmar, entre autre, réalise pour Leo Gasperl, le premier détenteur du record de vitesse sur kilomètre lancé (136,336 km/h, en 1936), le « Thirring », appelé aussi « Bat-capes », un manteau spécial capable de se gonfler dans le dos en prenant l’apparence d’un deltaplane.

storia2

La Seconde Guerre mondiale éclate et en 1943, mon grand-père est frappé de parésie.

Au mois de février de l’année suivante, Mario Colombo meurt des suites d’une opération chirurgicale, laissant à sa femme Irma le soin de prendre les rênes de l’entreprise, en pleine guerre.

Le conflit conclu, l’entreprise est encore sur pied, mais pas les industries avec leur exigence de vêtements de travail. La solution arrive d’un appel d’offres pour la fourniture d’uniformes sahariens destinés à la Légion Étrangère : les machines à coudre se mettent à ronronner dans de nombreux foyers de Monza afin de parvenir à satisfaire la demande. Suite à une série de causes dérivant de cette initiative, nous commençons alors à confectionner également les tenues de travail de plusieurs compagnies pétrolières qui ouvrent des points de distribution dans toute l’Italie.

Entretemps, Giancarlo et Angelo intègrent eux aussi l’entreprise et sa vocation pour la montagne se renforce. En 1947, Gian Vittorio Fossati Bellani devient directeur technique de l’équipe nationale de ski et c’est pour nous l’occasion de lui fournir l’équipement technique : c’est ainsi que, en 1948, commence notre rapport avec la FISI (Fédération Italienne des Sports d’Hiver), destiné à durer sans interruption jusqu’en 1992.

C’est à cette époque que naît l’Olimpionica, l’ancêtre de toutes les vestes coupe-vent, réalisée dans une popeline imperméable, avec une ample poche kangourou, des manches larges et une capuche.

Les deux étoiles de l’époque s’appelaient Zeno Colò et Celina Seghi, et ils provenaient tous deux des Apennins de la région d’Abetone.

Le succès de Zeno Colò a été déterminant pour notre lancement définitif dans l’univers technique de la neige ; en effet, ayant besoin d’une tenue aérodynamique, il nous poussa à réaliser la veste Colmar, qui sera notre cheval de bataille pendant plus de dix ans.

storia3

Ma grand-mère recevait souvent monsieur Colò dans son salon, et entre un thé et de nombreux petits gâteaux, elle lui demanda un jour ce qu’elle pouvait faire pour rendre la tenue de ski plus adaptée aux exigences de ceux qui se jettent à corps perdu sur les pistes de descente. Le skieur lui répondit que l’inconvénient majeur était le battement du tissu au vent.

Comme toutes les femmes de cette époque, ma grand-mère avait sa confectionneuse de corsets attitrée, qui utilisait une fibre élastique dénommée filanca® pour rendre ses vêtements plus confortables et ajustés.

Eureka ! Il suffisait donc d’insérer des plaques du même matériau dans les vestes en popeline ; c’est ce que nous fîmes, le tour était joué !

DANS L’HISTOIRE DU SKI

Zeno revêtit la première tenue de ski aérodynamique aux Jeux olympiques d’Oslo en 1952 : il s’agissait d’une veste adhérente en nylon avec les côtés et les coudes en tulle bi-élastique. Zeno domina la descente libre et sa veste devint un best-seller pendant de nombreuses années, restant en production jusqu’en 1972.

storia4

libre et sa veste devint un best-seller pendant de nombreuses années, restant en production jusqu’en 1972.

Ce succès eut cependant une conséquence malheureuse pour la carrière du skieur toscan : pour améliorer l’image marketing de notre produit, nous avions décidé d’insérer la photo de Colò dans le sachet de la confection,

Avec la conséquence que, suite à cette initiative et une autre analogue concernant des chaussures de ski, Zeno fut disqualifié avec l’accusation de professionnalisme, et sa carrière finit pratiquement à l’âge de 34 ans.

Pendant les 10 à 15 années successives, l’équipe nationale italienne connut une période de vide où le monde du ski était dominé par des athlètes tels que Stein Eriksen, Toni Sailer, Karl Schranz et Jean Claude Killy.

Entretemps, notre entreprise avait créé et développé, parallèlement à notre activité productive, une orientation commerciale, important des articles de sport et les distribuant sur le marché italien : notre croissance en tant qu’importateurs et distributeurs unie à nos débuts dans l’exportation de nos produits nous amena à participer aux foires les plus importantes de notre secteur et à rencontrer les principaux opérateurs du marché.

L’amour de Colmar pour le ski était toujours aussi fort et nous avons continué à rechercher et développer des tissus performants ; c’est d’ailleurs avec une combinaison Colmar que Luigi Di Marco a battu le record de vitesse du kilomètre lancé à Cervinia en 1964 avec plus de 174 km/h.

Les années passèrent et le monde du ski italien découvrit deux cousins de la Val Venosta, Roland et Gustav Thoeni, qui recommencèrent à faire voler les rêves des fans de ski italiens avec des résultats enviables à la coupe du monde.

Roland, plus extraverti et amoureux de la belle vie, épuisa rapidement ses potentialités de champion de ski tandis que Gustav, plus réservé, devint le Champion du début des années soixante-dix et connut la carrière que l’on sait, devenant un mythe du ski de piste.

LE LONG RÊVE DE LA « VALANGA AZZURRA »

Pour nous commençait une nouvelle ère, celle de l’ “Avalanche bleue”, dirigée par Mario Cotelli, entraînée par Oreste Peccedi et constituée de skieurs tels que Piero Gros, Erwin Stricker, Helmut Schmalz et de tant d’autres. Le ski devint le sport du moment et l’entreprise monta sur le podium avec des champions hors catégorie italiens aux Jeux olympiques de Sapporo en 1972, d’Innsbruck en 1976 et au Championnat du Monde de St. Moritz en 1974. La recherche se faisait de plus en plus serrée, ne laissant rien en reste : attention maximale aux matériaux, aux lignes, aux petits détails. Pour relever le défi aux centièmes de secondes, nos produits de compétition entrent dans les galeries du vent de Fiat et Moto Guzzi, tandis que les fibres sont testées en collaboration avec l’École Polytechnique de Milan. La veste de slalom géante est superbe. Stricker, le plus extraverti des italiens, la surnomme « la ceffa ».

storia5

J’ai débuté au mois de décembre 1973 à Val d’Isère en tant que promoteur de la marque Colmar à la Coupe du Monde, commençant également une durable amitié avec des champions comme Piero Gros et Paolo De Chiesa, qui, aujourd’hui encore, continuent à générer notre enthousiasme pour les compétitions de ski et de golf.

C’est de cette époque que date le célèbre slogan : « En cas de mauvais temps, Colmar », et dès 1978 nous commençâmes également à éditer et distribuer notre House Organ « En cas de neige » qui nous amènera plus tard au Colmar Show, célébré par la suite comme l’un des événements de communication les plus novateurs de la fin des années soixante-dix.

Le Colmar Show était une manifestation itinérante qui se déroulait l’hiver dans les théâtres de toute l’Italie et qui mêlait spectacles de cabaret, ballets, défilés de produits et démonstrations sportives. Y participaient des personnages tels que Mike Bongiorno, Claudio Lippi, Gianfranco D’Angelo, Leroy Gomez, Enrico Beruschi et bien d’autres.

Les billets étaient remis à nos détaillants qui étaient libres d’inviter leurs clients, leurs amis et leurs parents. Cette initiative connut un véritable succès qui nous permis de comprendre la valeur d’évènements à base de contenus sportifs, mais présentant également des aspects liés au showbiz.

En 1985, les Championnats du Monde de ski alpin eurent lieu à Bormio, et pour nous, devenir l’un des principaux sponsors était un choix évident et naturel ; nous avons créé pour l’occasion une veste spéciale pour célébrer l’évènement. La Bormio demeure l’un de mes produits préférés : une coque en coton/polyamide imperméabilisée avec une doublure en duvet d’oie complètement amovible.

storia6

Pendant les 15 jours que dura la manifestation, nous organisâmes de nombreuses activités secondaires, telles que la maison Colmar, où nous exposions tous nos produits, et au moment de l’apéritif, nous servions un riche buffet grâce à la collaboration d’un distributeur de vini et d’un restaurateur milanais célèbre à cette époque.

Pour exploiter complètement les nouvelles potentialités commerciales de la télévision, cette année-là, nous avons dû affronter une course contre la montre pour changer le logo de notre entreprise, qui de forme arrondie passa à une version se développant horizontalement avec l’inscription Colmar précédée d’un flocon de neige stylisé.

Ce furent des années de vache maigre, sur le plan des résultats pour nos athlètes, et c’est à ce moment que nous primes conscience de l’importance des espaces publicitaires sur les pistes durant les compétitions de ski.

LA BOMBE DES ANNÉES 80 - 90

Nous voici maintenant en 1987, le moment de l’explosion de la « bomba » Alberto Tomba, et pour nous un boom sur le plan des ventes.

L’année 1990 voit se confirmer la classe exceptionnelle de Deborah Compagnoni. Quant à nous, la sponsorisation de l’équipe nationale de ski devient le centre de notre communication et des activités de marketing.

Mais comme cela arrive souvent, la période d’euphorie prit fin à l’improviste avec de graves conséquences pour l’histoire de notre entreprise.

storia7

Au cours de l’été 1992, alors que des dizaines de milliers de répliques des produits liés à l’équipe nationale sont en production, notre rapport décennal avec la FISI s’interrompt brusquement après dix ans de collaboration, de manière totalement imprévue. Pour notre entreprise, ce fut un coup dur, économiquement parlant, ainsi que sur le plan de l’image et de la crédibilité dans le monde des articles de sport.

Nous n’avons pas attendu pour nous retrousser les manches et dès 1993, nous nous investissions dans les compétitions de Coupe du Monde, achetant les droits sur les dossards, les box de départ, la zone finish, les banderoles le long des pistes, obtenant ainsi une bonne visibilité et réaffirmant la notoriété de notre marque dans le monde entier.

Le nouveau millénaire nous amena des défis importants : l’avènement de nouvelles marques de nos concurrents directs, des grandes marques de l’article de sport qui sont de plus en plus grandes et peuvent compter sur d’énormes possibilités de marketing, des chaînes internationales pouvant s’appuyer sur des économies d’échelle beaucoup plus facilement que notre entreprise, qui demeure ancrée au territoire et à ses racines familiales.

Tous ces défis ont contribué à nourrir notre histoire et en forment le tissu et la mémoire ; ils continuent à stimuler notre passion pour le monde du sport et sont partie intégrante du succès de notre activité dans le domaine de la neige. Par ailleurs, notre investissement constant dans la recherche fait de nous l’un des meilleurs producteurs du monde de vêtements performants et technologiques, au design soigné et à la pointe de la mode.

LES SPONSORISATIONS DANS L’UNIVERS DU GOLF

Notre expérience en matière d’habillement technique, mon amour pour le golf et la connaissance du marché nous ont amenés à produire, dès 2010, des vêtements spécifiquement conçus pour ce sport. Comme pour le ski, nous nous sommes basés sur l’expérience de professionnels de ce sport afin de produire des tenues de sport vraiment performantes. Nous avons actuellement quatre joueurs qui participent à l’European Tour et à divers championnats de moindre importance.

storia8
LES SPONSORISATIONS DANS L’UNIVERS DU SKI

Nous sommes plus actifs que jamais dans l’univers du ski. Nous continuons à sponsoriser les championnats de Coupe du Monde, même si je ne les suis plus directement depuis quelque temps, nous habillons d’importants « ambassadeurs » tels que, aux côtés de nos amis Piero Gros et Paolo De Chiesa, des grands du ski tels que Kristian Ghedina, Giorgio Rocca et Daniela Ceccarelli.

Et surtout, nous nous sommes à nouveau tournés vers la sponsorisation des équipes nationales, contribuant ainsi aux triomphes d’Ivica Kostelic les années passées et depuis 2011, nous sommes les fournisseurs officiels de l’équipe de France de Ski Alpin, avec laquelle nous travaillons particulièrement bien. Depuis 2 saisons nous sponsorisons également l’équipe nationale du Liechtenstein, habillant la championne Tina Weirather.

Le ski est un sport merveilleux, en évolution continue, et nous travaillons également avec les jeunes freeskier, cherchant à suivre également les nouvelles disciplines les plus exaltantes. Entre autre, nous sponsorisons l’équipe nationale française de Ski Cross et de nombreux jeunes athlètes tels que Luca Tribondeau et Richard Amaker.

storia_09
COLMAR ORIGINALS

Fruit d’une intuition aussi simple que gagnante, la ligne Colmar Originals est née en 2009, reprenant l’ancien logo et revisitant dans un esprit actuel les lignes et les atmosphères de nos produits historiques. Cette ligne nous a permis d’agrandir notre proposition avec des produits lifestyle pensés pour attirer l’attention du grand public. Si Ies personnes nées jusque dans les années quatre-vingt nous identifient à la production de vêtements techniques pour le ski, les nouvelles générations nous connaissent probablement plutôt pour nos anoraks au logo rouge de forme ronde, celui original de la maison qui a été utilisé jusqu’en 1985. Le succès et l’évolution de Colmar Originals au fil des saisons nous ont portés à développer une collection complète, qui associe au célèbre anorak des produits en mesure de compléter la garde-robe, créant un vrai total look. Colmar Originals est une ligne urbaine lifestyle, tendance, d’inspiration sportive. Nos racines et les valeurs les plus positives du sport ne sont pas oubliées, les lignes, les matières et les coupes sont basées sur notre ADN et sur l’histoire presque centenaire de Colmar.

storia10

À présent, les commandes de l’entreprise sont aux mains d’un groupe formé de ma sœur, de mes cousins Giulio et Carlo (fils d’ Angelo) et de moi-même. Par ailleurs, depuis quelques années, la quatrième génération a commencé à s’insérer dans l’entreprise, en la personne de mon fils Stefano. Si vous avez eu la patience de lire notre histoire jusqu’ici, vous avez compris que notre destin est solidement lié au monde du sport. Nous continuons à faire des recherches et à développer nos produits, nous entrons toujours dans la galerie du vent pour tester nos tissus, nous sommes à l’écoute des athlètes pour leur fournir l’habillement le plus performant possible.

Voilà pourquoi les défis des années à venir seront de continuer à produire de l’habillement sportif de qualité, et pourquoi pas, d’accueillir quelque autre sport ou sportif que le hasard ou la chance nous présentera et qui pourra ainsi entrer dans la grande famille Colmar.

Ce site utilise des cookies pour vous permettre une meilleure navigation. Le site est optimisé pour permettre l'utilisation de tous les cookies. En continuant à naviguer sur le présent site, vous autorisez notre utilisation des cookies. Pour de plus amples renseignements concernant notre politique relative aux cookies Cliquez ici.
Fermez

Panier